غرس القيم الدينية والتربوية وبناء الإنسان

[email protected]

المدونة

Screenshot 2023-05-27 075938

Des indications prophétiques pour l’éducation de l’enfant

Screenshot 2023-05-27 075938

المدونه

Screenshot 2023-05-27 075938

Des indications prophétiques pour l’éducation de l’enfant

Screenshot 2023-05-27 075938
أدب رسول الله

On note aujourd’hui dans l’Occident une vague de composition visant principalement à réaliser ce qu’on appelle l’éducation idéale, que ce soit en examinant les erreurs à éviter dans l’éducation des enfants ou en établissant des règles à suivre pour permettre à l’enfant de grandir de manière saine.

Dans notre désir de séparer le bon grain de l’ivraie, ce qui a épuisé nos systèmes éducatifs est une tendance chronique à l’expérimentation, qui néglige les visions cohérentes et identitaires avec notre identité islamique et notre héritage civilisationnel.

Le Prophète enseignant, que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui, ne s’est pas arrêté aux limites de la prédication, mais a lui-même entrepris de façonner la vérité islamique et d’établir un système éducatif global qui englobe tous les aspects de la vie.

Le Prophète a veillé à intégrer l’enfance dans son plan visant à construire une nouvelle société islamique selon des normes sociales clairement différentes de ce qui prévalait auparavant.

Le rejet de la pratique courante de la maltraitance des enfants était un pari que toute une série de hadiths prophétiques ont mis en avant pour consolider une équation civilisationnelle selon laquelle la construction de sociétés ne peut être réalisée dans le cadre d’une éducation défectueuse ou d’un système éducatif défaillant! C’est pourquoi nous trouvons de nombreux hadiths qui prônent la justice entre les enfants et l’honneur des filles dans leur jeunesse.

L’imam Ahmed a rapporté dans son recueil de hadiths que le Prophète, que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui, a dit: “Il n’y a pas de musulman qui a deux filles et qui les traite bien sans être admis au Paradis”.

Dans le Sahih Bukhari et Muslim, An-Nu’man ibn Bashir a rapporté que le Messager de Dieu, que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui, a dit: “Craignez Dieu et soyez justes envers vos enfants”.

Cependant, l’honneur prophétique pour l’enfance n’a pas seulement suivi le chemin des sermons et des exhortations, mais a également adopté une voie réaliste à travers laquelle le musulman devrait se comporter dans cette étape de la vie. C’est un cadre qui s’inspire des principes islamiques de l’honneur, de l’utilisation et de la succession.

Par conséquent, notre évocation de certaines images du traitement du Prophète, que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui, envers l’enfant vise en réalité à éclairer l’événement ou la situation et à révéler les messages et les directives pratiques qui prouvent que certaines des déclarations actuelles sur l’éducation ne sont qu’un retour à l’écho!

Des leçons prophétiques pour l’éducation de l’enfant.

Un jour, Abdullah ibn Abbas, qu’Allah soit satisfait de lui, était sur une monture avec le Prophète, paix et bénédictions soient sur lui, alors qu’il était encore un enfant. Le Prophète lui a donné une leçon qui est considérée comme l’un des piliers de la croyance islamique : “Ô enfant, je t’apprends des mots : protège Allah, Il te protègera. Protège Allah, tu le trouveras devant toi. Et quand tu demandes, demande à Allah. Et quand tu cherches de l’aide, cherche de l’aide auprès d’Allah. Sache que si toute la communauté se réunissait pour te faire du bien, ils ne te feraient du bien qu’avec ce qu’Allah a écrit pour toi. Et si toute la communauté se réunissait pour te nuire, ils ne te nuiraient qu’avec ce qu’Allah a écrit contre toi. Les plumes ont été levées et les pages ont séché.” Rapporté par At-Tirmidhi.

Cependant, ce hadith a également des implications éducatives qui nous interpellent en raison de sa similitude avec certaines des meilleures compréhensions contemporaines du monde de l’enfance.

La première question qui vient à l’esprit lorsque nous examinons ce hadith dans un contexte éducatif est : pourquoi le Prophète, paix et bénédictions soient sur lui, a-t-il donné une leçon si lourde en matière de foi à un enfant si jeune, même si elle était résumée en “mots” ? Et un autre enfant ordinaire pourrait-il comprendre les principes et les généralités nobles intégrés dans ces mots ?

Cela concerne réellement un garçon extraordinaire, comme en témoignent ses attributs et ses qualités, comme l’a demandé le Prophète, paix et bénédictions soient sur lui, dans sa prière : “Ô Allah, donne-lui la compréhension de la religion et enseigne-lui l’interprétation.” D’autres situations d’Ibn Abbas dans les livres de hadith confirment sa différence par rapport à ses pairs, dans la compréhension des significations et des indications qui dépassent son âge et caractérisent sa phase de développement. Qu’en pense l’éducation moderne à ce sujet ?

La chercheuse Stephanie Lerner, après avoir étudié les biographies de plus de trente personnalités célèbres, a conclu que la société commet une grave erreur en cherchant à unifier les normes éducatives sans tenir compte des différences flagrantes entre l’enfant ordinaire et l’enfant “exceptionnel” qui vole hors du troupeau et cherche à imposer son propre rythme.

Selon la chercheuse, cette erreur est due à la croyance répandue que les enfants doivent s’intégrer facilement dans leur environnement social et suivre les traces de leurs amis et de leurs pairs.

Cependant, l’enfant qui possède des qualités inhabituelles et qui a une vision inspirante et inspirée pour changer le monde de manière positive ne peut pas s’adapter à cette orientation.

Ce que les enfants expriment de leur réticence à l’égard des situations sociales courantes ne devrait pas susciter l’inquiétude des éducateurs, mais plutôt encourager leur désir de se distinguer, d’être unique et de penser différemment, car les qualités et les caractéristiques inhabituelles sont la pierre angulaire qui aide l’enfant à réaliser son potentiel et à s’élever au-dessus de la norme, quel que soit le domaine dans lequel il excelle, que ce soit la façon de penser, un talent ou toute autre caractéristique qui le fait dépasser le niveau courant et en faire un exemple pour les autres.

Nous devons encourager l’élément de singularité et de distinction chez tous les enfants, selon Lev Vygotsky. En réalité, nous avons tendance à récompenser les enfants ordinaires pour leur ressemblance et leur manque de différenciation, ce qui constitue une clé pour leur identité et leurs objectifs futurs.

Cependant, ces enfants peuvent également posséder des traits et des caractéristiques uniques et remarquables qui ne seront pas renforcés et mis en valeur à moins d’être découverts et bien pris en charge. Cette prise en charge a été remarquée par les générations précédentes pour son importance dans l’alimentation des idées et des visions des adultes, qui peuvent être obscurcies par la sous-estimation de l’enfance dans la promotion du progrès et du développement.

L’une des meilleures illustrations de cette prise en charge est l’engagement du calife Omar ibn al-Khattab à consulter “les garçons” sur les affaires publiques et à allouer un siège consultatif à un jeune garçon à côté des anciens de Badr!

Bien que le monde de l’enfance soit exempt de responsabilités légales pour le moment, il en va tout autrement en ce qui concerne l’éducation à la responsabilité et au devoir.

Ainsi, nous trouvons que le Prophète, que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui, encourage à ne pas négliger tout comportement déviant sous prétexte qu’il est émis par un enfant qui ne comprend pas les conséquences de ses actions, ou que la violation est mineure tant que l’auteur est jeune et sans jugement.

Dans le Sahih Muslim, Abu Huraira a rapporté que Al-Hasan ibn Ali, qu’Allah soit satisfait de lui, a pris une datte de la charité et l’a mise dans sa bouche. Le Prophète a alors dit: “Kkh, kkh, jette-la, ne sais-tu pas que nous ne mangeons pas de charité?” Dans le Musnad d’Imam Ahmed, le Prophète a mis son doigt dans la bouche de Hassan et a retiré la datte, puis a dit: “Nous, la famille de Mohammed, ne mangeons pas de charité”

L’amour paternel ne va pas à l’encontre du fait de fixer des limites et des principes pour l’enfant. Une éducation saine nécessite une certaine fermeté et une réprimande qui protège les actions de l’enfant contre les comportements irresponsables. Cependant, il y a une nette différence entre éduquer un enfant à obéir et le familiariser avec un système personnel d’éthique à partir duquel il prendra des décisions et des positions, et qui l’éclairera dans son interaction avec son environnement social.

Considérons comment le Prophète, que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui, n’a pas seulement pris la datte de la bouche de son petit-fils, mais l’a également renvoyé au Code moral qui régit “la famille de Mohammed”! Cela confirme que l’enfant réagira consciemment aux exigences de l’honneur de l’appartenance en respectant les directives morales.

Il est regrettable que certaines des difficultés auxquelles les familles musulmanes sont confrontées aujourd’hui soient étroitement liées à la négligence de la fermeté et de la dureté nécessaires pour habituer l’enfant à se conformer à des principes éthiques qui guident sa pensée et son comportement. Il est également regrettable que certains parents préfèrent remettre les choses à plus tard jusqu’à ce que l’enfant soit mature et prêt à assumer ses responsabilités, car ils considèrent que l’enfance est une période de plaisir, de jeu et de frivolité qui n’est pas soumise à la discipline!

?Est-ce ainsi que les éducateurs modernes considèrent les choses

Les chercheurs Alan et Robert Davidson insistent sur le fait que le danger réside dans l’éducation d’enfants obéissants qui adoptent passivement et soumis les valeurs et les idées de leurs parents. Une fois confrontés à la tentation de violer ces valeurs, ils n’ont pas la capacité de s’y opposer parce qu’ils manquent de croyances intérieures. Le résultat, lorsqu’ils sont confrontés à une situation particulière, est des réponses aléatoires et des suppositions téméraires.

Cependant, habituer un enfant à un sens de la responsabilité et à un attachement aux principes et aux valeurs ne peut se faire en lui dictant un comportement moral. Il devrait plutôt naître de l’intérieur: des graines d’indépendance semées par les parents au moment de la formation de l’identité personnelle de leurs jeunes enfants: “Les parents qui tentent d’imposer un certain comportement moral à leurs enfants sont surpris de voir leurs enfants se rebeller contre les bases de la moralité.

Le sens des responsabilités doit se développer intérieurement à partir des graines d’indépendance plantées par des parents toujours prêts à permettre à leurs enfants d’éprouver leurs propres sentiments et de forger leur identité personnelle.

Les parents compétents que nous avons interviewés croient qu’essayer d’influencer les décisions morales de leurs enfants ou de les sermonner avec certains sermons est l’une des plus grandes erreurs. Cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas expliquer votre point de vue, vous devez le faire. Ici, le rôle de l’approche directe de l’enseignement de la morale entre en jeu, mais il ne suffit généralement pas, car les enfants ont besoin de quelqu’un pour leur apprendre à vivre dans un cadre moral.”

La présence du prophète, paix et bénédictions sur lui, dans le monde de l’enfance nous révèle une autre dimension éducative non moins importante que ce que nous avons mentionné précédemment. Il s’agit d’élargir le cercle de la consultation et du dialogue, de la vertu de l’écoute et du respect de l’opinion des autres pour inclure également les jeunes enfants, ce qui leur donnera le sentiment d’être respectés, les libérera de la peur et de l’anxiété et renforcera leur confiance en eux.

Al-Bukhari a rapporté dans son Sahih, d’après Sahl ibn Saad, qu’un jour le Messager d’Allah, paix et bénédictions sur lui, a bu dans une coupe. A sa droite se trouvait un jeune garçon, le plus jeune de la compagnie, et des anciens à sa gauche. Il dit: “Ô garçon, me donnes-tu la permission de la donner aux anciens?” Le garçon répondit: “Je n’aurais pas préféré quiconque à vous, ô Messager d’Allah.” Il la lui donna alors.

Comment ne le ferait-il pas, lui qui a été envoyé par la Vérité, Gloire à Lui, pour que l’humanité retrouve sa liberté, sa dignité et son rôle dans le développement et la réalisation du principe du Khilafah?

Et les enseignements tireraient-ils leur efficacité sans la source qui les porte et les proclame? Le Prophète, paix et bénédictions sur lui, est venu pour construire la personnalité humaine, non pour la détruire. Le pilier de cette construction est le renforcement de la confiance, l’instillation d’un esprit positif et le respect de soi.

La liberté étant une condition de l’existence humaine, rappeler ses éléments et ses bases dans l’éducation est une nécessité incontournable pour produire une génération saine et capable de relever les défis du progrès et du développement.

La position prophétique envers le jeune garçon nous incite à revoir nombre de nos conceptions de l’enfance et de la capacité de l’enfant à s’intégrer dans un monde adulte! Conceptions tirant leur autorité de traditions arbitraires et d’un héritage marqué par un manque de clairvoyance et une mauvaise compréhension.

La conduite du Prophète, paix et bénédictions sur lui, envers le jeune garçon renvoie à une approche éducative importante que la littérature éducative moderne insiste sur en garantissant l’adaptation psychologique et sociale de l’enfant. Il s’agit de son besoin de sentir qu’il est aimé et désiré par tous ceux qui traitent avec lui, qu’il a une valeur qui doit être respectée et une présence qui doit être préservée. Satisfaire le besoin d’acceptation et de respect prévient l’enfant de toute tendance à la passivité, au repli sur soi et à la haine des autres, ce qui renforce sa confiance en lui et assure son engagement positif dans le tissu social. La spécialiste de l’éducation Christine Durham dit: “Si nous voulons que nos enfants aient de l’estime de soi et une grande confiance en eux, nous devons les encourager à trouver un cercle utile (et non un cercle de divertissement) où la confiance en soi conduit à la motivation et où la motivation conduit à une meilleure façon de penser et à des horizons plus larges, et une bonne façon de penser conduit à la confiance en soi”.

Un examen des actions du Prophète, paix et bénédictions sur lui, dans le monde de l’enfance révèle le gouffre douloureux laissé par la dissociation de l’idée et du comportement, et par le recours de nos sociétés, dans l’élaboration de leurs politiques éducatives, à un système de pensée étranger et anxieux, et à des directives et des recommandations qui réduisent la grande montagne à un tas de poussière, pour citer le poète et philosophe pakistanais Muhammad Iqbal! À moins que la nation ne s’engage dans une réconciliation avec elle-même et son identité à travers une éducation qui relie le passé au présent, aucune solution importée n’atteindra ce à quoi nous aspirons en termes de changement de cap et de bénéfice mature des fruits de la civilisation.

شارك

الوسوم

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut