غرس القيم الدينية والتربوية وبناء الإنسان

[email protected]

المدونة

Screenshot 2023-05-27 075938

Le comportement du Prophète Muhammad (que la paix soit sur lui) envers les enfants

Screenshot 2023-05-27 075938

المدونه

Screenshot 2023-05-27 075938

Le comportement du Prophète Muhammad (que la paix soit sur lui) envers les enfants

Screenshot 2023-05-27 075938
أدب رسول الله

L’enfance a ses propres caractéristiques qui nécessitent une compréhension adaptée à cette étape particulière. De nombreuses études et recherches scientifiques ont été menées sur cette période

Le Prophète Muhammad (paix soit sur lui) a abordé de nombreux sujets concernant les enfants, leurs problèmes et leurs préoccupations. Nous en aborderons une partie, qui constitue une goutte d’eau dans l’océan de la sagesse du Prophète Muhammad (paix soit sur lui). Ces paroles sont des leçons éducatives pour les parents, tirées de Sahih Al-Bukhari

Remerciez-les et soyez doux. Il est important de savoir que de nombreux enfants, lorsqu’ils commettent une erreur, attendent d’être blâmés ou punis par leurs parents. Cependant, peu d’entre eux reçoivent des remerciements lorsque ils font quelque chose de bien. Ils ne sont pas aussi désireux de recevoir des éloges et des remerciements que de recevoir des réprimandes ou des punitions.

Ibn Abbas a dit: “Le Prophète m’a serré dans ses bras et a dit: “Ô Allah, enseigne-lui le Livre.” Ibn Abbas a également rapporté que le Prophète avait remarqué un nouveau type de lavage effectué par Anas et avait demandé qui l’avait enseigné. Lorsqu’on lui a répondu, il a prié: “Ô Allah, donne-lui une compréhension approfondie de la religion”. Lorsque Anas a servi le Prophète, celui-ci a prié pour lui en disant: “Ô Allah, accorde-lui une abondance de richesse et d’enfants, et bénis-le dans tout ce que Tu lui as donné.”

Beaucoup d’enfants voient que les adultes se saluent mutuellement et échangent des salutations entre eux, mais ils voient également que certains adultes les ignorent.

Le Prophète (paix et bénédictions de Dieu soient sur lui) est passé devant des enfants qui jouaient. Il leur a dit : “Que la paix soit sur vous, ô enfants” (rapporté par Anas ibn Malik, qu’Allah soit satisfait de lui). Cependant, les enfants ne sont pas empêchés de saluer les adultes ou de leur rendre hommage. Le Prophète (paix et bénédictions de Dieu soient sur lui) a dit : “Le petit salue le grand, celui qui passe salue celui qui est assis, et le peu salue le beaucoup”.

Dis-lui : “Je t’aime”. Il est beau que beaucoup d’enfants entendent leurs parents leur dire qu’ils les aiment beaucoup, plus que tout dans le monde. Cependant, ce qu’il y a de plus beau pour les parents, c’est de faire sentir à leurs enfants cet amour et cette chaleur. Al-Baraa (qu’Allah soit satisfait de lui) a dit : “J’ai vu le Prophète (paix et bénédictions de Dieu soient sur lui) avec Al-Hassan ibn Ali sur ses épaules, en disant : “Ô Allah, je l’aime, alors aime-le”

D’après Abou Hourayra (qu’Allah soit satisfait de lui), le Messager d’Allah (paix et bénédictions de Dieu soient sur lui) a pris Al-Hassan ibn Ali par la main et a dit : “Ô Allah, je l’aime, alors aime-le et aime ceux qui l’aiment”. Abou Hourayra a ajouté : “Personne n’était plus cher à mes yeux que Al-Hassan après que le Prophète (paix et bénédictions de Dieu soient sur lui) ait dit ce qu’il a dit”

Le jeu est une nécessité importante dans la vie de l’enfant et le priver de cela a des conséquences psychologiques et sociales. Pour les enfants, jouer est un repas essentiel auquel il est difficile de renoncer ou d’oublier. Cependant, certains parents considèrent comme une faveur le fait de permettre à leurs enfants de jouer et ne le considèrent pas comme un droit. Aïcha (qu’Allah soit satisfait d’elle) a dit : “Je jouais avec les filles chez le Prophète (paix et bénédictions de Dieu soient sur lui), et j’avais des compagnes de jeu. Quand le Messager d’Allah entrait, elles se cachaient de lui, alors il les appelait pour qu’elles viennent jouer avec moi”.

Le baiser et l’affection

Tout comme jouer est un droit pour eux, l’affection, la générosité et la miséricorde font également partie de leurs droits. Abou Hourayra (qu’Allah soit satisfait de lui) a rapporté que le Prophète (paix et bénédictions de Dieu soient sur lui) a embrassé Al-Hassan ibn Ali en présence d’Al-Aqra ibn Habis Al-Tamimi, qui était assis à côté de lui. Al-Aqra a dit : “J’ai dix enfants et je n’ai embrassé aucun d’entre eux”. Le Prophète (paix et bénédictions de Dieu soient sur lui) l’a alors regardé et a dit : “Celui qui n’est pas miséricordieux ne recevra pas de miséricorde”.

Aïcha (qu’Allah soit satisfait d’elle) a rapporté qu’un bédouin est venu voir le Prophète (paix et bénédictions de Dieu soient sur lui) et a demandé : “Embrassez-vous les enfants ? Parce que nous ne les embrassons pas”. Le Prophète (paix et bénédictions de Dieu soient sur lui) a répondu : “Comment pourrais-je vous aider si Dieu a retiré la miséricorde de votre cœur ? L’amour pour tous les enfants est beau, mais ce qui est plus beau, c’est d’aimer tous les enfants sans exception. Ainsi, le regard du Prophète (paix et bénédictions de Dieu soient sur lui) atteint cette étape avec sa signification complète et non limitée”

Anas (qu’Allah soit satisfait de lui) a rapporté que le Prophète (paix et bénédictions de Dieu soient sur lui) a vu des femmes et des enfants qui s’embrassaient lors d’un mariage. Le Prophète (paix et bénédictions de Dieu soient sur lui) s’est alors levé et a dit : “Ô Allah, ce sont les personnes que j’aime le plus. Ô Allah, ce sont les personnes que j’aime le plus. Ô Allah, ce sont les personnes que j’aime le plus”. Il l’a dit trois fois. Quant à Oussama Ibn Zayd (qu’Allah soit satisfait de lui), il a rapporté que le Prophète (paix et bénédictions de Dieu soient sur lui) les prenait, lui et Al-Hassan, et disait : “Ô Allah, aime-les, car je les aime”.

Les niveaux de compréhension des hommes, et bien qu’il soit facile pour beaucoup de parler avec un enfant, il est difficile de s’adresser à eux de manière appropriée à leur mentalité, à leur compréhension et à leur perception.

Certains parents essaient de confier à leur enfant une tâche qui ne correspond pas à ses capacités, ce qui peut lui nuire davantage que l’aider. Au lieu de l’aider à renforcer sa confiance en lui, cela peut diminuer sa confiance en lui-même. Zaynab bint Hameed a emmené son fils auprès du Prophète (paix et bénédictions de Dieu soient sur lui) et a dit : “Ô Messager d’Allah, faites-lui prêter serment d’allégeance”. Le Prophète (paix et bénédictions de Dieu soient sur lui) a répondu : “Il est trop jeune” et a alors caressé sa tête et a prié pour lui.

Al-Bara’a a dit : “Mon cousin Ibn Omar et moi avons été considérés comme mineurs le jour de la bataille de Badr. Les émigrés à Badr étaient au nombre de soixante et les Ansar étaient au nombre de quarante-neuf et deux cent”

La préparation au leadership implique non seulement la reconnaissance des talents exceptionnels et des capacités supérieures à assumer de grandes responsabilités, mais aussi la nécessité d’investir ces énergies, capacités et talents pour éviter leur inutilité. Un exemple de cela est la nomination d’Usama ibn Zayd à la tête de l’armée musulmane, choisi par le Prophète Muhammad (paix et bénédictions de Dieu soient sur lui) et sa volonté exécutée par Abu Bakr pendant son califat.

La valeur du travail et le souci d’encourager ces talents (le Prophète a envoyé un message à une femme : « Ordonne à ton esclave menuisier de me fabriquer des poutres sur lesquelles je puisse m’asseoir »). Une femme a dit : « Ô Prophète de Dieu, ne puis-je pas te faire quelque chose sur quoi t’asseoir ? J’ai un esclave menuisier. » Le Prophète a dit : « Si tu veux, fais-moi une chaire à prêcher. »

Le développement de l’imagination est important pour nos enfants. Il est merveilleux de leur donner la capacité d’imaginer et de visualiser, et encore mieux de cultiver cette imagination et de la valoriser à sa juste mesure.

Ibn ‘Umar (qu’Allah les agrée tous les deux) a rapporté : “Nous étions avec le Messager d’Allah (paix et bénédictions de Dieu soient sur lui) lorsqu’il a demandé : “Dites-moi un arbre qui ressemble au musulman, ou à un homme musulman, dont les feuilles ne tombent jamais et qui produit de la nourriture en tout temps”. Ibn ‘Umar a dit : “Je me suis dit que c’était le palmier, mais j’ai vu qu’Abu Bakr et ‘Umar ne parlaient pas, alors j’ai hésité à parler. Quand ils n’ont rien dit, le Messager d’Allah a dit : “C’est le palmier”. Après cela, quand nous sommes partis, j’ai dit à ‘Umar : “Ô mon père, j’ai pensé que c’était le palmier, par Allah”. ‘Umar a demandé : “Qu’est-ce qui t’a empêché de parler ?” Ibn ‘Umar a répondu : “Je ne vous ai pas entendu parler, donc j’ai hésité à parler ou à dire quoi que ce soit”. ‘Umar a dit : “J’aurais préféré que tu l’aies dit”.

Enseignez-leur l’amour du culte et il est merveilleux que nos enfants aient une part dans les actes de culte par lesquels nous nous rapprochons de Dieu, afin qu’ils s’y habituent et que ces moments spéciaux restent gravés dans leur esprit. Abu Qatada a raconté : “Le Prophète (paix et bénédictions de Dieu soient sur lui) est sorti en notre compagnie et avait sur son dos la fille d’Abu Al-‘As. Il a commencé à prier et à chaque fois qu’il s’inclinait, il la posait et la levait quand il se redressait”.

“Al-Saib ibn Yazid a rapporté : “J’ai effectué le pèlerinage avec le Messager d’Allah alors que j’avais sept ans”. Il y a une grande opportunité dans l’apprentissage des sciences, que ce soit par la capacité ou l’amour pour cela. Ibn Abbas a dit : “Le Messager d’Allah est décédé alors que j’avais dix ans et j’ai déjà lu le Coran complet”. Il a également rapporté : “Je suis venu à vous du Prophète en toute vérité. Ils m’ont dit : “Priez de cette manière à cette heure”. Lorsque la prière a commencé, l’un d’entre vous devrait faire l’appel à la prière et celui qui connaît le plus de Coran devrait être votre imam. Ils ont regardé autour d’eux et personne ne connaissait plus de Coran que moi à l’époque car j’apprenais des cavaliers. Ils m’ont placé devant eux alors que j’avais six ou sept ans et j’avais une petite couverture qui tombait quand je faisais la prosternation. Ils ont acheté un morceau de tissu pour moi et je n’ai jamais été aussi heureux pour quoi que ce soit que je l’ai été pour ce morceau de tissu”.

La compassion envers les mères : Aisha (qu’Allah l’agrée) a rapporté : “Le Messager d’Allah nous a ordonné de faire descendre les gens de leur monture et de les aider à décharger leurs bagages. Si le Messager d’Allah nous a ordonné d’enseigner aux enfants comme la prière, qui est une obligation pour eux, il a également établi un droit pour eux dans le culte en allégeant la prière pour eux. Le Messager d’Allah (paix et bénédictions de Dieu soient sur lui) a dit : “Je me lève pour prier et je veux la prolonger, mais j’entends le cri d’un enfant. Ainsi, je raccourcis ma prière pour ne pas causer de difficulté à sa mère”. Cela signifie qu’avant d’accomplir ses propres devoirs, il a pris en compte les droits des enfants.

La bienveillance : Il est beau de parler aux enfants, mais il est encore plus beau de se rapprocher de leur niveau et de comprendre leur monde, plutôt que de les faire rentrer dans notre propre monde. Il est préférable qu’ils jouissent d’un espace de liberté responsable

Um Khalid bint Khalid bin Sa’id a rapporté : “Je suis allée voir le Messager d’Allah avec mon père et Ali, portant une chemise jaune. Le Messager d’Allah l’a touchée et a dit : “Shana, shana” (en éthiopien, cela signifie “belle, belle”). Ensuite, je suis allée jouer avec la bague de prophétie et mon père m’a grondée. Le Messager d’Allah a dit : “Laisse-la”. Puis, il a dit : “Grandis et sois vertueuse”, il a répété cela trois fois. Abdullah (le fils d’Um Khalid) a dit : “Elle est restée ainsi jusqu’à ce qu’il la mentionne”.

L’éducation est une responsabilité et il est beau de donner des conseils à des enfants qui ne sont pas les nôtres lorsque nous voyons qu’ils ont fait une erreur, mais il est encore plus beau de veiller à notre comportement avec les autres enfants.

Ibn Umar (qu’Allah soit satisfait de lui et de son père) est entré chez Yahya ibn Sa’id et a vu un garçon de la tribu de Yahya qui attachait un poulet pour le jeter. Ibn Umar est allé vers le poulet et l’a libéré, puis s’est tourné vers le garçon et a dit : “Vous devez apprendre à votre enfant à ne pas faire attendre un animal pour être tué, car j’ai entendu le Prophète interdire de faire attendre un animal ou autre chose pour être tué”.

Écouter les rêves et les aspirations : Il est beau de partager la réalité de nos enfants, mais il est encore plus beau de ne pas oublier de partager même certains de leurs rêves, car leurs rêves ne sont pas toujours des rêves d’oiseaux, ils peuvent avoir des racines qui s’étendent dans la réalité ou peuvent aider à modifier leur parcours.

Ibn Umar (qu’Allah soit satisfait de lui et de son père) a rapporté : “Certains compagnons du Prophète voyaient des rêves à l’époque du Messager d’Allah et les racontaient au Prophète. Le Prophète répondait : “C’est ce que Dieu a voulu”. J’étais un jeune garçon à l’époque, vivant à la mosquée avant mon mariage. Je pensais : “Si seulement j’avais la chance de voir des rêves comme ces hommes”. Un soir, alors que je dormais, j’ai prié : “Ô Dieu, si Tu connais quelque chose de bien pour moi, montre-moi un rêve”. Deux anges sont venus à moi, chacun avec une pelle en fer, et m’ont conduit vers l’enfer. Je priais Dieu : “Ô Dieu, je me réfugie auprès de Toi contre l’enfer”. Puis, un autre ange est venu avec une pelle en fer et a dit : “Tu ne verras pas cela. Tu es un homme bon, mais tu devrais prier plus”. Les anges m’ont emmené jusqu’au bord de l’enfer, où j’ai vu une fosse pliée comme un puits, avec des cornes comme celles d’un puits. Entre chaque paire de cornes, il y avait un ange tenant une pelle en fer. J’ai vu des hommes suspendus avec des chaînes, la tête en bas. J’ai reconnu des hommes de la tribu des Quraysh. Les anges m’ont protégé du côté droit et j’ai raconté cette histoire à Hafsa, la fille du Prophète. Elle l’a racontée au Prophète (paix et bénédictions de Dieu soient sur lui) qui a dit : “Ibn Umar est un homme vertueux. S’il priait plus la nuit, ce serait encore mieux”. Après cela, j’ai continué à prier plus la nuit”.

La compétition pour l’amour du Prophète : Les enfants sont la pierre angulaire de la construction de la société et même s’ils sont des enfants, nous ne devons pas les ignorer lorsqu’ils sont parmi les adultes et nous devons respecter leur opinion, car ils peuvent choisir entre deux choses pour une raison sage qu’ils voient.

Sahl ibn Saad (qu’Allah soit satisfait de lui) a rapporté : Le Prophète reçut un vase et but dedans. A sa droite se trouvait le plus jeune des gens et les anciens étaient à sa gauche. Il dit : « Ô jeune homme, me permettras-tu de le donner aux anciens ? » Il répondit : « Je ne pouvais pas te préférer quelqu’un d’autre, Ô Messager de Dieu ! » Alors il le lui donna.

شارك

الوسوم

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut